Un photographe « Rock n’roll »

Ce mois-ci nous avons rencontré le photographe Pierre Wetzel, qui a réalisé le portrait de bon nombre d’acteurs de la scène musicale tel JoeyStarr, Iggy Pop ou Alain Bashung. Interview.

 

Découvrez le travail de Pierre Wetzel sur son site officiel : www.pierrewetzel.com et en vidéo ICI.

 

 

 

 

> D’où vous est venu cette passion pour la photo, et depuis quand en avez-vous fait votre métier ?

 

L’histoire est on ne peut plus banale. C’est le jour où mon père m’a donné son vieux Zeiss Ikon, avant de partir pour 2 mois en stage en Irlande. La passion ne m’a plus quittée.

 

> Vous êtes actif sur la scène musicale, avec beaucoup de portrait de groupes, pouvez-vous m’en dire plus ?

 

J’ai fait 10 ans de batterie en parallèle à la photographie et c’est naturellement que je suis resté dans le milieu musical. J’officie au Krakatoa depuis mes débuts (ndlr une salle de concert bien connu à Mérignac près de Bordeaux), c’est-à-dire depuis au moins 20 ans.

 

> Réaliser des photos de concerts, j’imagine que c’est très particulier ?

 

Oui, il y’a des choses particulières, puisqu’on travaille en basse lumière et à des vitesses peu élevées. Après, il y’a un travail d’anticipation à avoir par rapport aux musiciens et artistes sur scène.

 

 

> Quel est votre meilleur souvenir en tant que photographe ?

 

Il y’en a beaucoup. En terme « d’émotion » la séance réalisée avec et chez Alain Bashung restera une des plus importantes. J’ai le souvenir d’une personne discrète et serviable et qui m’a laissé « carte blanche » pour le prendre en photo.

 

> Et celui dont vous êtes le plus fier ?
 

Là encore, la séance avec Alain Bashung, mais aussi peut-être, plus récemment, un portrait réalisé au collodion de JoeyStarr à qui j’ai fait tenir la pose pendant plusieurs secondes avec un « serre-tête » pour qu’il reste le plus immobile possible.

 

> Pouvez-vous m’expliquer ce qu’est la technique « au collodion » ?

 

La technique date de 1851. Il s’agit de verser la solution de collodion sur une plaque de verre (ambrotype) ou sur plaque de métal (ferrotype), puis de la plonger dans une solution de nitrate d’argent durant 3 minutes pour la rendre photosensible. Ensuite, on place la plaque photosensibilisée dans un châssis afin de réaliser la photo. Une fois la photo faite, on retourne dans son labo pour développer, rincer, fixer et rincer à nouveau l’image. La plaque ainsi produite peut être tirée sur papier par contact (ambrotype uniquement) ou bien exposée telle quelle devant un fond noir.

 

> Enfin, quels sont vos projets à venir ?

 

Les Hurlements d’Léo viennent de sortir un livre-disque hommage à Mano Solo où j’ai réalisé les photos des artistes qui ont participé au projet. J’expose également un ambrotype au Musée de l’Elysée à Lausanne (jusqu’au 25 août). Plusieurs expositions prévues bientôt dans la région bordelaise. A partir du 8 juillet, exposition à la Maison de la Photographie des Landes (Espace Félix Arnaudin); un travail issu de trois semaines de résidence réalisée au printemps.

 

Photos making of Pierre Wetzel.

 

Photoservice.com remercie Pierre Wetzel pour cette interview.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *